QU’EST-CE QUE LE TRAFIC ORGANIQUE?

Le trafic organique : définition et origine

Le trafic organique désigne tous les visiteurs qui trouvent votre site par le biais des moteurs de recherche sans cliquer sur des annonces publicitaires.

Sur Google Analytics, vous pouvez obtenir les statistiques de trafic organique en allant dans la rubrique Acquisition -> Tout le trafic -> Canaux puis en regardant la ligne « Organic Search ».

D’où vient la notion de trafic organique ?

“Organique” est une traduction issue du mot anglais « organic ” qui signifie ” naturel “.

Pour comprendre ce qu’est le trafic organique, il faut revenir quelques années en arrière. Au départ, les moteurs de recherche se contentaient de lister tous les sites qu’ils trouvaient, gratuitement, en essayant de les classer au mieux pour répondre aux recherches formulées par les internautes.

Assez rapidement, ils ont réalisé que ça allait devenir stratégique pour les entreprises d’apparaître tout en haut de ces résultats… et ils ont lancé une offre publicitaire permettant d’acheter de l’espace dans les résultats de recherche : c’est le service Google AdWords chez Google, Bing Ads chez Microsoft par exemple.

Sur une page de résultats, on s’est donc mis à avoir un mélange entre des résultats « naturels », pour lesquels personne n’avait payé quoi que ce soit… et des résultats « payants », quand une société avait investi de l’argent pour devancer (artificiellement) ses concurrents.

À l’heure actuelle, cette distinction existe toujours.

Si je tape par exemple ” Tourisme Haiti “… je vois à la fois le site du Ministère du tourisme qui ressort « naturellement » car il est très pertinent sur le sujet, et l’affichage des destinations les plus populaires d’Haiti comme ” Labadee, Jacmel, Cap-Haitien, Port-Au-Prince” . Ici nn ne voit pas la petite mention « Annonce » qui figure à côté du résultat Google puisqu’il n’y en a pas.

Un beau jour, en 2004, le célèbre institut de recherche Pew Research Center a réalisé une étude sur les internautes et a démontré que seulement 38% d’entre eux étaient au courant d’une différence entre un résultat de recherche « classique » et un résultat pour lequel une entreprise avait payé. Pire encore, seulement 18% des gens étaient capables de faire la différence entre un résultat classique et un résultat sponsorisé.

Les professionnels du marketing ont donc commencé à développer un vocabulaire spécifique pour bien différencier les deux : « organic » (naturel, organique) pour désigner les résultats de recherche classiques… et « paid » (payant) pour désigner les annonces publicitaires présentes dans les résultats de recherche.

C’est ainsi que l’on a commencé à parler de « trafic organique » (et de « trafic paid/payant »).

Comment gagne-t-on du trafic organique ?

Le trafic organique est basé sur la qualité et la pertinence des sites.

Autrement dit, plus vous offrez un contenu intéressant et informatif, sur un site agréable à consulter (rapide, avec une bonne ergonomie), plus vos pages ont des chances d’apparaître pertinentes pour un moteur de recherche… et plus elles ont des chances d’apparaître naturellement en bonne place quand on fait une recherche sur le web.

On peut donc augmenter son trafic organique en s’intéressant au référencement… car le SEO vise justement à booster ce type de trafic !

Quel est l’intérêt du trafic organique ?

Le trafic organique est souvent un énorme levier de visibilité quand on veut se faire connaître et il faut avouer qu’il a quelques avantages.

Attirer de nombreux internautes

Le trafic organique est d’abord un excellent moyen de toucher un large public. Rien que sur Google, il y aurait environ 3.5 milliards de recherches par jour dans le monde !

Lorsque vous apparaissez dans les premiers résultats de Google, vous pouvez donc capter de nombreux internautes et leur faire connaître votre contenu ou encore vos produits et services si vous êtes un professionnel.

Un trafic bon marché

Le trafic organique est aussi un trafic peu cher (au point qu’on l’appelle parfois le « trafic gratuit ») : n’importe quelle personne qui possède un site Internet peut apparaître au sommet des résultats de recherche, qu’elle ait un gros, un petit ou pas de budget du tout !

Pour un particulier, le trafic organique permet donc de se faire connaître, de bâtir une communauté, de construire sa réputation (chacun ses motivations !) sans avoir besoin d’investir trop d’argent.

Pour un professionnel, c’est un moyen d’attirer des clients potentiels mais aussi de réduire ses investissements publicitaires. En effet, ça coûte beaucoup moins cher de faire appel à un référenceur (un « consultant SEO ») pour améliorer son site que de multiplier les campagnes de publicité, surtout quand on est dans un secteur concurrentiel !

Bien sûr, rien n’empêche de faire les deux (travailler son référencement ET faire de la publicité) pour maximiser sa visibilité !

Un trafic durable

Les bénéfices obtenus grâce au SEO sont relativement durables : sur un site bien géré, il est rare que le trafic s’effondre du jour au lendemain.
Par comparaison, avec la publicité sur les moteurs de recherche (« paid search »), dès que vous coupez une campagne parce que vous avez décidé d’arrêter d’investir, votre publicité disparaît… et le trafic payant avec !

Le trafic organique, pas toujours simple

Si le trafic organique est très intéressant pour développer un site, il n’est pas exempt de difficultés ! Beaucoup d’appelés, peu d’élus Les internautes vont rarement au-delà de la première page d’un moteur de recherche… et la plupart se limitent même aux trois premiers résultats. Trois seulement, parmi les milliers de sites qui peuvent exister sur un même sujet. Ça signifie que sur certaines thématiques, il est parfois difficile d’occuper ces places très convoitées !

Le trafic organique n’est pas toujours facile à acquérir. Les blogueurs qui publient régulièrement et qui ont pourtant peu de trafic le savent bien.

Pour atteindre les premières places des moteurs de recherche et augmenter son trafic organique, une véritable implication dans le référencement est nécessaire.

Un ciblage large

Avec le référencement, on peut très vite attirer un trafic organique significatif sur son site mais celui-ci n’est pas toujours bien ciblé par rapport à vos objectifs.

À chaque fois que vous publiez un article, il peut correspondre à une foule d’intentions de recherche chez l’internaute.

Évidemment, à l’échelle d’un article, ce n’est pas un grave d’attirer un trafic peu ciblé… mais à l’échelle d’un site entier, ça peut devenir un vrai problème.

Le trafic organique, un travail au long cours

Il faut du temps pour obtenir du trafic organique. Référencer un nouveau site prend a minima plusieurs mois, obtenir de bonnes positions dans les moteurs de recherche est un travail continu… et pas le plus simple qui soit !

L’acquisition de trafic organique est souvent frustrante pour les gens qui débutent car on a beau publier des articles, ils ne produisent pas d’effet immédiat dans les moteurs de recherche.

Préoccupez-vous de votre référencement dès votre lancement… mais ne négligez pas le trafic payant si vous avez un besoin urgent de visibilité.

Le trafic payant est souvent très complémentaire par rapport au trafic organique.

Faire de la publicité sur les moteurs de recherche permet de travailler de manière très fine le ciblage des internautes. Par ailleurs, une fois que vos annonces ont été rédigées et validées, leur diffusion est immédiate si bien que c’est une excellente source de trafic quand on veut rapidement promouvoir un site.

Par exemple, une entreprise qui lance un nouveau site ne peut pas toujours se permettre d’attendre plusieurs mois avant d’avoir du trafic organique, elle peut donc s’appuyer sur le trafic paid en attendant afin de drainer des clients potentiels.

Bien entendu, ce trafic payant n’est pas à la portée de toutes les bourses et il exige une vraie expertise quand on veut bien gérer son budget et éviter de le consommer trop vite (et/ou trop mal !).

J’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre ce qu’est le trafic organique!